Quels préceptes de Picasso, Stephen King et Einstein peuvent aider les entrepreneurs ?

La créativité n’est pas une qualité ésotérique réservée aux Pollock et Dalí de ce monde. Il faut apprendre à être créatif puis s’entraîner.
Observons comment trois génies de l’histoire ont utilisé leur don pour changer le monde.

Pablo Picasso : Travailler à l’envers
Beaucoup d’entrepreneurs ou d’artistes ont peur de la page blanche, du manque de solutions ou d’inspiration.
De nombreuses questions nous trottent dans la tête et on a envie de jeter l’éponger avant même de commencer. Venir avec de nouvelles idées est tellement difficile. Picasso le savait, il a alors imaginé une stratégie qui permet de travailler par blocs créatifs. C’est très simple.
Pour Picasso, la clé était de commencer avant même de savoir ce qu’il allait faire. Travailler « en dépit » de soi-même.
L’inspiration surgit alors, non pas d’une idée de départ, mais de ce qui se passe lorsque vous vous mettez à travailler sans avoir peur de bloquer. Pour avoir de bonnes idées, commencer à l’envers : commencer d’abord par travailler.
Laissez-vous guider par votre travail et vous serez emporté au plus de votre créativité.
Souvenez-vous, la racine de « créativité » et « créer ». Alors allez-y !

Stephen King : Définissez des quotas journaliers
Stephen King est l’un des auteurs les plus prolifiques de notre génération. Il a écrit plus de 55 romans et des centaines de nouvelles, dont 49 sont devenus des best-sellers. Au passage, on notera qu’il engrange 40 millions de dollars par an, faisant de lui l’un des auteurs le plus riche du monde. Il n’y a pas à dire, il sait comment s’y prendre !
Alors comment fait-il pour déverser tant de créativité sans tarir ?
Il faut travailler beaucoup pour produire beaucoup.
Il écrit 10 pages par jour, ce qui équivaut à 2000 mots, sept jours par semaine, chaque semaine, même pendant les vacances. Vous trouvez cela un peu excessif ? Alors considérez simplement le fait que produire un quota quotidien et s’y tenir, peut devenir une habitude qui se révèlera être payante.
Pensez un petit peu à ce que votre vie pourrait être si vous aviez pris votre « hobby » d’antan au sérieux ? Appris à fond telle ou telle langue ? Écris ce livre ? Ou monté votre business ? Vous auriez pu être le Stephen King dans votre domaine. Démarrez avec un objectif, un quota quotidien raisonnable et développez votre savoir-faire !

Albert Einstein : La théorie des jeux combinatoires
Einstein n’était pas seulement un physicien de génie, il était également violoniste et pianiste. Il a souvent utilisé sa connaissance de la musique pour élaborer des théories ou gérer des problèmes redoutables.
Lorsqu’il bloquait ou stagnait dans ses travaux, il se penchait sur les problèmes d’un angle différent. Il utilisait son esprit pour confronter et incorporer les différentes idées et concepts. Cette technique de réarrangement est appelée « La théorie des jeux combinatoires ».
Alors que certains peuvent penser que ces théories sont un peu complexes, son approche est pourtant assez simple. Démantelez vos idées pour les mettre à nues, dans leur élément le plus basique, sans mots. Ensuite, utilisez ces visualisations d’éléments comme des pièces de puzzle et testez différents arrangements, orientations, placements pour voir quelles pièces s’emboitent.
Combinez des éléments d’apparence disparates et cherchez de nouvelles combinaisons. À vous de jouer !