5 techniques psychologiques utilisées par Donald Trump

On ne présente plus Donald Trump. Tout le monde a un avis sur lui. Même s’il a des airs arrogants et qu’il peut vous sembler être un milliardaire déconnecté de la réalité, on doit reconnaître qu’il a le « truc » pour réussir.

Brasser des millions est possible sans même être un génie, par contre pour les transformer en milliards, c’est une histoire différente. Son succès actuel pour la course à la présidentielle des Etats-Unis n’est pas un hasard non plus. Sa candidature est aujourd’hui perçue comme une grosse blague par certains politiciens. Pourtant, il y a une vraie technique derrière tout cela.

Voici cinq techniques psychologiques que Donald Trump utilise pour se propulser en tête des sondages :

 

  1. Cacher son jeu

 

Donner l’impression d’être intelligent est simple : il suffit de lire des livres, apprendre à parler de façon éloquente, s’habiller avec goût, etc. On peut facilement berner les gens, par contre, faire croire aux gens que vous êtes un imbécile, peut s’avérer plus difficile.

Pourquoi voudrait-on paraître moins intelligent ? Parce que cela vous donne un avantage utile sur votre adversaire. Trump sait que si ses adversaires ne le prennent pas au sérieux, plusieurs choses intéressantes vont se passer. Ils vont se relâcher et moins travailler leurs débats, ils vont prendre pour acquis certains états et moins faire attention à lui.

Conseil pour la route : Ce que vous pouvez interpréter comme une erreur pourrait en fait être une feinte. Si votre adversaire baisse la garde, c’est parce qu’il ne vous perçoit pas comme une menace. C’est justement le bon moment pour vous d’attaquer.

 

  1. Savoir à qui s’adresser

 

Donald Trump a initialement fait fortune dans l’immobilier ; une industrie qui demande de constamment négocier. L’une des choses les plus importantes dans la négociation (en plus des considérations politiques) est de comprendre qui est la personne qui se trouve en face de vous.

Les données démographiques qui circulent sont presque sans fins. Ce sont d’innombrables sources d’information qu’il ne faut pas prendre à la légère. Sentir les tendances sur les réseaux sociaux ou les blogs politiques permet de mettre le doigt là où il faut.

Après l’analyse de ce que pensent les Américains et son électorat, il va pouvoir s’adresser à eux avec les bons mots. Il sait ce qui les préoccupe. Il paraitra simple, humain et compréhensif.

Les autres politiciens s’expriment avec prudence et parfois déconnectés.

Conseil pour la route : Si vous voulez gagner, apprenez à connaître votre public et gagner sa confiance.

 

  1. Être clivant

 

Certains l’on compris, l’impopularité peut vous rapporter gros. L’humoriste Howrd Stern a une fortune estimée à 500 millions de dollars. Pourtant, il est détesté par les Américains, ses émissions de télé et de radio tournent autour du fait que les gens adorent le détester.

Donald Trump l’a compris ! Il y a un principe qui dit qu’en essayant de plaire à tout le monde, on ne plait à personne. Mais si vous essayez de plaire au moins à un groupe ciblé, vous serez très populaire auprès d’eux.

Conseil pour la route : Prendre des positions qui peuvent dérouter peut être bon. Vous allez attirer l’attention et attirer les médias.

 

  1. Demander plus que ce que l’on veut

 

Toute personne qui a déjà voulu vendre quelque chose sait que l’offre initiale n’est que le début des négociations.

Donald Trump le sait et ses adversaires ne l’ont pas encore compris. Il lance des idées qui peuvent paraître ridicules de prime abord (comme lorsqu’il parle de construire un mur et de renvoyer tous les « illégaux »). Mais si vous gardez en tête l’idée que pour lui il s’agit d’un point de départ, vous verrez les choses autrement. Trump sera très certainement content si on accepte qu’une toute petite partie de ses idées, car il a demandé plus pour avoir au moins une partie de ce qu’il souhaitait.

Conseil pour la route : La personne qui fait la première offre obtient le contrôle psychologique sur la négociation. Alors que l’autre fera son premier pas sur l’échiquier en fonction de la première direction que vous aurez donnée.

 

  1. Être rusé

 

Trump est bien présent, un peu trop m’as-tu vu, il agace. Il s’agit très certainement d’un rôle bien écrit. C’est une technique pour vous berner, tout comme le font les mentalistes.

Conseil pour la route : La capacité de contrôler ce sur quoi vous allez porter votre attention, est un très grand pouvoir. Vous allez contrôler le jeu. Diriger les opinions, mener les médias et les adversaires par le bout du nez, est une immense victoire.