Tisser des lettres, tisser des liens…

Tisser des lettres, tisser des liens…

l’artiste pref réalise la fresque « shake hands « pour silversquare liège

Le développement artistique qui caractérise les espaces Silversquare s’étend pour la première fois au-delà de ses murs. Le coworking a financé une gigantesque fresque murale, dans la rue, en face du nouveau Silversquare à Liège. L’œuvre, très colorée, titrée « shake hands » vient d’être achevée par le street artist londonien de renommée internationale : PREF. A quelques pas de la gare, le graffiti fait le pont entre le brassage des passagers et les rencontres des travailleurs au sein du coworking. Le travail des lettres entremêlées, comme tissées les unes aux autres, évoque la collaboration et ces tissus humains.

Une passion depuis tout petit
Tout petit, je suis tombé dans la marmite de la culture underground. Skateboard aux pieds et hip-hop dans le walkman, j’étais fasciné par les graffitis. Au marché aux puces, je suis tombé un jour sur la bible du graffiti : « spray can art ». Elle devient mon livre de chevet. Mais à l’époque, les street artists ne font pas carrière.

J’étudie les arts visuels, travaille pour des magazines de mode puis me lance comme entrepreneur. Je créé mon propre studio de design…

Si seulement les espaces de coworking avaient existé à cette époque, le business aurait été plus simple. On louait un minuscule bureau à un prix londonien( !) et j’aurais adoré avoir la flexibilité d’étendre ou réduire notre espace en fonction des clients ou stagiaires qui rentraient !

Le weekend, je parcours la ville avec mes spray cans à la main. Un jour ma mère me dit : « tu devrais faire quelque chose avec tes graffitis ».

Ma mère qui a pourtant dû aller me chercher à répétition au poste de police pendant ma jeunesse ! C’est elle qui me décide à faire de mon art, mon métier.

tu devrais faire quelque chose avec tes graffitis

— Maman de Pref

La fresque murale réalisée pour Silversquare s’appelle Shake Hands
L’idée dans cette œuvre est de parler de collaboration… sans utiliser ce mot directement. Les lettres sont enchevêtrées, comme tissées les unes aux autres et on retrouve l’idée de serrer les mains et de tisser des liens… créer un tissu humain en quelques sortes.

La fresque murale se trouve à quelques pas de la gare et j’aime l’idée d’engager la conversation, d’accueillir les voyageurs qui sortent du train et les travailleurs qui vont au coworking.

J’ai peint les lettres dans des couleurs différentes comme si chacune était un individu. Ce travail parle de diversité, de rencontre, de collaboration, à l’image de Silversquare. Le tissage des lettres monte jusqu’au ciel, les possibilités sont infinies…

Je veux libérer les lettres et exprimer ce que j’ai au fond de moi…
Mon travail est à la lisière entre le graphic design et l’art.

On le voit bien dans cette fresque : j’ai choisi des couleurs vives pour les lettres, pour qu’elles soient pleinement libérées, qu’elles soient disruptives. Les lettres sont mes « amies », je ne veux pas les asservir. En typographie on met souvent les lettres au service des marques. Elles doivent refléter une image, une idée, être lisibles, connoter une image. La typographie obéit à beaucoup de règles : pas moi !

Par contre, mon travail est influencé par le graphic design, ce qui est nouveau en street art. J’y mêle ce que j’ai appris et maîtrisé et le rend visible au monde.

« Togetherness » : dans mes œuvres, j’exprime la proximité
Les interactions, qu’elles soient professionnelles, amicales ou juste pour le plaisir sont essentielles. Dans mon studio de design, on collaborait en permanence.

Dans mon métier aujourd’hui, on se retrouve dans des « mural festivals » , c’est notre forme de networking.

J’ai rencontré ma femme Adèle Renault sur un projet artistique commun aux USA. Elle est artiste, on travaille ensemble sur des œuvres aux quatre coins du monde.

Lorsqu’on était fiancés, j’ai reçu la commande d’une grande fresque murale au stade de Wembley : « Better together ». On y a travaillé ensemble. Deux semaines plus tard, on se mariait à la mairie de mon quartier… qui se trouvait être juste en face de la fresque !

La vie est faite de hasards et de chemins qui se croisent. Des espaces comme Silversquare sont un terreau pour ça. Croiser les chemins, se serrer la main, collaborer, s’aimer…

Pref

PREF est un street artist Londonien. Ses graffitis entremêlent et distordent les lettres, créent des illusions d’optique, jouent avec les volumes, les couleurs et les trompe l’œil, forçant ainsi le lecteur à décrypter. Il réalise des œuvres murales dans le monde entier ainsi que des tableaux.

Article rédigé par Muriel Van Severen

Partagez sur
Inscrivez-vous à notre newsletter
Votre numéro de téléphone
Réserver une visite
Silversquare Antwerp Tower
antwerp-tower
Reserver une journée test
Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible sur notre site web. En savoir plus